Archivé — Les entreprises du Sud de l'Ontario auront un meilleur accès au capital de risque grâce à un nouvel investissement de FedDev Ontario

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Pour diffusion immédiate
Le 1 septembre 2009

London (Ontario) – Les petites et moyennes entreprises du Sud de l'Ontario auront un accès accru au capital de risque grâce à un nouvel investissement annoncé aujourd'hui par le ministre d'État responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev Ontario), l'honorable Gary Goodyear.

« Cet investissement aidera les entreprises nouvelles ou en croissance à étendre leurs activités et à créer des emplois, a déclaré le ministre d'État Goodyear. Le fait de fournir aux entreprises un accès accru au capital de risque aura aussi pour effet de favoriser une plus grande prospérité dans le Sud de l'Ontario, au fur et à mesure que le Canada émergera de la récession mondiale. »

« Le Canada a besoin d'entrepreneurs qui peuvent créer des produits prometteurs et mettre sur pied des entreprises prospères à partir d'idées nouvelles et de technologies novatrices, a déclaré le vice-président exécutif, Investissements, de la Banque de développement du Canada (BDC), M. Jacques Simoneau. Le financement dégagé aujourd'hui par le gouvernement du Canada permettra à la BDC d'intensifier ses efforts pour venir en aide, en cette période économique difficile, aux entreprises canadiennes de haute technologie du Sud de l'Ontario. »

FedDev Ontario fournira une somme de 50 millions de dollars à la BDC qui sera répartie comme suit : 35 millions de dollars en capital serviront à des investissements directs dans des entreprises naissantes du Sud de l'Ontario et 15 millions de dollars seront investis dans des fonds ontariens de capital-risque qui mettent l'accent sur des projets en Ontario.

Dans le cadre de son processus décisionnel, la BDC collaborera avec le Fonds ontarien de capital-risque, qui est administré par TD Capital Private Equity Investors, et est le fruit d'un partenariat entre le gouvernement de l'Ontario, la BDC, OMERS Capital Partners, RBC Capital Partners, Financière Manuvie et le Groupe financier Banque TD.

Les investissements de capital-risque effectués par la BDC appuient le développement de compagnies canadiennes prometteuses spécialisées dans la technologie et les aident à devenir des entreprises de calibre mondial, axées sur la croissance. Les investissements spécialisés de la BDC dans le capital-actions couvrent toutes les étapes du développement d'une entreprise, de l'avant-projet à son expansion. Les investissements ciblent de multiples secteurs : technologies de l'information et des communications (TI et télécommunications), sciences de la vie (découvertes de médicaments et technologies médicales) et énergie (environnement, équipement électronique et matières).

La BDC est la banque de développement économique du Canada. Dotée de plus de 100 bureaux à l'échelle du pays, la BDC encourage l'entrepreneuriat en fournissant aux entrepreneurs des services de financement, de capital de risque et de consultation sur mesure.

Pour en savoir plus, consultez le site Web de la BDC.


Fiche d'information
Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario

Dans le cadre du Plan d'action économique du Canada, le gouvernement du Canada s'est engagé à prendre des mesures de relance à court terme pour aider les collectivités durement touchées par la récession, tout en offrant un financement à long terme destiné à promouvoir la croissance économique, la création d'emplois et l'innovation. Ainsi, le budget de 2009 prévoit un milliard de dollars sur cinq ans pour soutenir la création d'une agence de développement économique dans le Sud de l'Ontario.

Le 13 août dernier, le Premier ministre Stephen Harper a officiellement lancé l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev Ontario). Le nouvel organisme est chargé d'exécuter les programmes de développement économique du gouvernement fédéral, programmes qui seront adaptés aux priorités particulières des travailleurs, des entreprises et des collectivités du Sud de l'Ontario.

Le Premier ministre a annoncé son intention de conférer la responsabilité de l'Agence au ministre d'État (Sciences et Technologie), l'honorable Gary Goodyear, et a annoncé en outre que B.A. (Bruce) Archibald en serait le premier président.

Au cours de sa première année d'activités, FedDev Ontario mettra l'accent sur la mise en oeuvre des programmes de développement économique. L'Agence évaluera les besoins immédiats et les possibilités, qu'elle intégrera ensuite aux grandes initiatives prévues lorsqu'elle sera pleinement fonctionnelle.

FedDev Ontario et Industrie Canada collaboreront avec les intervenants de la collectivité pour déterminer et appuyer les projets utiles pour relever les défis économiques actuels.

L'Agence utilisera d'abord les programmes et les partenariats actuels afin d'accélérer l'offre de crédits. Des sommes seront ainsi immédiatement dégagées au profit des collectivités et des entreprises du Sud de l'Ontario.

Au cours de l'exercice 2009–2010, le financement sera d'environ 206 millions de dollars et comprendra les frais d'exploitation. Ces fonds seront essentiellement utilisés dans trois secteurs prioritaires : le développement économique, la diversification et le développement des collectivités.

Le Programme de développement du Sud de l'Ontario a été mis sur pied pour promouvoir le développement et la diversification économiques, ainsi que la création d'emplois. A titre de programme de base, il recevra un financement de près de 100 millions de dollars en 2009–2010.

FedDev Ontario aidera les collectivités du Sud de l'Ontario à diversifier leur économie, en l'axant davantage sur les produits et services à valeur ajoutée et à base technologique. L'Agence offrira aux partenaires de la région les outils dont ils ont besoin pour mettre leurs atouts en valeur, en préparant ainsi la région à prospérer dans une économie axée sur le savoir.


Programmes administrés par FedDev Ontario

Les programmes du Sud de l'Ontario qui seront administrés par FedDev Ontario, ou de concert avec elle, comprendront notamment :

Fonds d'adaptation des collectivités de l'Ontario

Le Fonds d'adaptation des collectivités (FAC) est une mesure de relance économique à court terme destinée à aider les collectivités touchées par la récession mondiale. Dans le cadre du Plan d'action économique du Canada, le Fonds servira à appuyer les projets qui créent et maintiennent des emplois dans les collectivités et leurs environs qui ont été les plus gravement touchés par le ralentissement économique.

Le financement est offert aux projets admissibles qui peuvent être terminés d'ici le 31 mars 2010. FedDev Ontario acceptera les demandes de financement pour 2010–2011 plus tard au cours de l'année.

Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches

Le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches (PARI-CNRC) stimule la création de richesses par l'innovation technologique. Il permet d'offrir une aide financière et technique aux petites et moyennes entreprises en ciblant celles qui sont engagées dans les activités suivantes : recherche, développement, adaptation, adoption ou commercialisation de produits, de services ou de procédés novateurs.

Le PARI-CNRC dispose déjà d'un financement de 67,3 millions de dollars et recevra un montant supplémentaire de 27,5 millions de dollars pour mettre sur pied des capacités novatrices dans les petites et moyennes entreprises.

Programme de développement des collectivités

En 2009–2010, les Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC) de l'Ontario recevront un montant supplémentaire de 30 millions de dollars du Fonds d'adaptation des collectivités. Le Programme de développement des collectivités aide les collectivités rurales et du Nord à renforcer et à diversifier leur économie.

Le Programme est mis en oeuvre par les SADC implantées dans toute la province, dont 37 se trouvent dans les régions rurales du Sud de l'Ontario. Les petites et moyennes entreprises, de même que les organisations à but non lucratif, reçoivent un financement remboursable et d'importants services de soutien.

Banque de développement du Canada

La Banque de développement du Canada investira un montant total de 50 millions de dollars dans le Sud de l'Ontario par le truchement d'investissements directs dans des sociétés et d'investissements réalisés dans des fonds de capital-risque. Ces investissements appuient le développement d'entreprises canadiennes très prometteuses spécialisées dans la technologie, et ils contribueront à développer une industrie de capital de risque durable et hautement performante dans la région.


Fiche d'information

Financement de la Banque de développement du Canada

La Banque de développement du Canada (BDC) vise à accélérer le succès des entrepreneurs et contribue à la croissance des entreprises canadiennes, en particulier des petites et moyennes entreprises (PME), en leur offrant du financement, du capital de risque et des services de consultation. La BDC n'offre pas de subventions; elle cherche plutôt à obtenir un rendement pour le financement qu'elle fournit aux entreprises, tout en servant des créneaux qui n'obtiendraient pas le crédit voulu autrement.

La BDC a été mandatée pour jouer le rôle de prêteur complémentaire sur le marché, c'est-à-dire pour offrir des prêts et des investissements qui servent de supplément ou de complément aux services déjà offerts par l'intermédiaire des institutions financières commerciales. Parmi ses activités financières, mentionnons l'octroi de prêts garantis et non garantis; le versement de prêts subordonnés, financement qui incorpore des éléments du financement par emprunt et du financement par actions; les investissements en capital de risque directs et indirects, plus particulièrement dans les entreprises de haute technologie en début de croissance; ainsi que les services de consultation sur mesure à l'intention des entreprises.

En période de ralentissement économique, le rôle de la BDC est amplifié. Depuis le début de la crise du crédit, la BDC a instauré un certain nombre de mesures correctives. Elle a en effet :

  • augmenté ses activités globales de financement;
  • prolongé la période de remboursement des nouvelles autorisations de crédit;
  • offert à ses clients de reporter le remboursement des capitaux;
  • accru le soutien offert aux fabricants et affecté expressément une équipe aux fabricants ontariens de pièces d'automobiles;
  • mis en oeuvre la Garantie marge de crédit d'exploitation;
  • observé une hausse marquée des clients dirigés vers la BDC par les établissements financiers;
  • lancé un nouveau crédit de fonds de roulement réservé aux projets de développement à l'étranger.

Au cours de l'exercice 2008–2009, la BDC a consenti 3,1 milliards de dollars en nouveaux prêts. Elle a également mené des activités commerciales d'une valeur d'environ 1,3 milliard de dollars dans le cadre du Programme de crédit aux entreprises, qui s'inscrit dans le Plan d'action économique du Canada.

La BDC est dotée d'un portefeuille de prêts d'une valeur approximative de 11 milliards de dollars, dont la répartition des prêts par secteur de l'industrie se fait comme suit : secteur manufacturier (30,4 pour cent); commerce de gros et de détail (21 pour cent); tourisme (12,5 pour cent); construction (7 pour cent); transport et entreposage (5,1 pour cent); biens commerciaux (7,4 pour cent); services commerciaux (4,5 pour cent); et autres industries (12,1 pour cent).

La BDC est présente à l'échelle nationale, tant physiquement que virtuellement. Elle dessert plus de 28 000 entrepreneurs canadiens dans plus de 100 succursales situées dans toutes les régions du pays. Elle offre des conseils et du financement à des entrepreneurs de divers milieux, du capital de risque aux entreprises en démarrage, et des fonds de roulement aux petits exportateurs en vue de les aider à faire le pont entre le marché canadien où ils exercent leurs activités et le marché international qu'ils visent. La BDC est en mesure d'aider ses clients et continuera d'offrir un appui à l'ensemble des entrepreneurs canadiens.

  • Partager
Date de modification :