Archivé — Déclaration de l’honorable Gary Goodyear au sujet de la Semaine de la petite et moyenne entreprise et de la Semaine nationale des sciences et de la technologie

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Le 19 octobre 2011

Sur le plan économique, l'avenir de notre pays dépend du développement et de la croissance des petites entreprises novatrices et productives. À titre de ministre d'État responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev Ontario), et des Sciences et de la Technologie, je sais qu'il y a un lien étroit entre la recherche et le développement, ainsi que l'innovation et la productivité. C'est pourquoi notre gouvernement fait des investissements dans des projets locaux qui aident les petites entreprises à répondre à ces objectifs, ce qui débouche sur la création d'emplois et la croissance économique. Des signes récents montrent d'ailleurs que nous sommes sur la bonne voie.

En raison de nos investissements, les Canadiens sont optimistes – et ce, en dépit des nombreuses manchettes faisant état de la conjoncture économique difficile à l'étranger. Selon un récent sondage de la TD Canada Trust, la moitié des propriétaires de petites entreprises prévoient que l'année 2012 sera bonne et 13 % estiment que l'année prochaine sera peut-être leur meilleure année. Peu après, Forbes a annoncé avoir classé le Canada au premier rang des pays où il était bon de faire des affaires, alors que le pays se classait au quatrième rang en 2010.

C'est une bonne nouvelle pour les entrepreneurs canadiens, qui célèbrent la Semaine de la petite et moyenne entreprise. Le thème de la Semaine, axé sur l'investissement, le développement et l'innovation, pourrait également s'appliquer à la Semaine nationale des sciences et de la technologie, qui a lieu parallèlement partout au pays. Ces deux célébrations sont complémentaires : les entreprises dépendent des sciences et de la technologie pour maintenir leur avantage concurrentiel, alors que les scientifiques et les technologues ont besoin du savoir-faire des entrepreneurs pour commercialiser leurs idées. Et nulle part ailleurs cette relation n'est-elle plus productive que dans le secteur des petites entreprises du Canada.

Et ceci, parce qu'au Canada, les petites entreprises sont nombreuses : 98 % des entreprises comptent moins de 100 employés. À elles seules, ces entreprises génèrent près de la moitié du produit intérieur brut (PIB) de notre pays. Cependant, moins du quart de ces entreprises peuvent se permettre d'investir dans la recherche et le développement. C'est pourquoi notre gouvernement appuie l'établissement de partenariats stratégiques entre des protagonistes ayant des objectifs complémentaires, mais qui ont recours à des moyens différents pour les atteindre. Des agences comme FedDev Ontario, créée en 2009 pour veiller à ce que les régions du Sud de l'Ontario durement touchées par le ralentissement économique mondial reçoivent le soutien immédiat dont elles avaient besoin, encouragent les partenariats pouvant servir les priorités régionales en matière de développement économique.

Au mois d'août, je me suis rendu au Collège Seneca, à Markham, en Ontario, pour y annoncer la création de seize partenariats entre des entreprises locales et des chercheurs. Grâce à ces partenariats, les Canadiens pourront avoir accès à de nouveaux produits, tandis que les étudiants et professeurs pourront perfectionner et partager leur expertise. En mettant l'accent sur la recherche appliquée et la commercialisation, notre gouvernement aide les petites et moyennes entreprises à essayer de nouveaux produits ou de nouvelles méthodes de production, et ce, à des coûts modiques. Nous aidons aussi à moissonner une récolte d'idées ensemencées dans les établissements d'enseignement exceptionnels que compte notre pays.

Ces investissements stratégiques ont été faits dans la communauté scientifique et le milieu des affaires, mais nous savons qu'il reste encore beaucoup à faire. Notre gouvernement continue de prendre des mesures soutenant les petites entreprises, notamment en créant un climat économique propice à la réussite. Cela comprend des initiatives axées sur l'accès aux capitaux, la commercialisation de nouveaux produits, l'expansion des entreprises, la formation et le perfectionnement des jeunes et des diplômés, et une stratégie en matière de sciences et de technologie qui favorise un engagement plus soutenu de la part du secteur privé, qui mise sur les forces du Canada en matière de recherche, et qui attire et maintient en poste des chercheurs extrêmement qualifiés.

À l'heure actuelle, il n'est plus question de fuite de cerveaux, mais bien d'afflux de cerveaux. Le Canada est donc en bonne position pour maintenir son avance en matière d'idées novatrices, de politiques stratégiques et de leadership solide. Nous pouvons être fiers de ce que notre pays a accompli, et des efforts qu'il continue de déployer pour faire encore mieux.

Date de modification :