Sélection de la langue

Recherche

Franchir les obstacles à l’expansion des entreprises canadiennes

Bénéficiaire : Partenaires de santé Trillium
Région : Ontario
Montant des fonds alloués : 3,5 millions de dollars

canhealth
Grâce au réseau CAN Health Network, les besoins émergents des partenaires médicaux sont associés à des solutions de pointe d'entreprises technologiques.

L’innovation et les progrès réalisés en technologie bénéficient à tous les secteurs au Canada, et les soins de santé ne font pas exception. Les nouvelles technologies augmentent l’efficacité et la durabilité de notre système de santé, ce qui se traduit par une meilleure qualité de soins pour nos patients, tout en augmentant la prospérité économique.

Le Sud de l’Ontario offre une grappe technologique impressionnante et diversifiée composée de sociétés prometteuses qui cherchent à commercialiser des technologies de pointe pour le secteur de la santé et des sciences de la vie. Malheureusement, dans le processus d’une idée en une société prospère, un trop grand nombre de PME feront face à un obstacle : faire adopter leur produit par le système de soins de santé canadien.

Afin d’aider à surmonter les difficultés auxquelles les sociétés canadiennes sont confrontées pour trouver des clients et des adoptants précoces au sein du système de soins de santé, FedDev Ontario investira 3,5 millions de dollars pour établir le Réseau de santé CAN (Coordinated Accessible National Health Network) dans le Sud de l’Ontario. Dirigé par Partenaires de santé Trillium, à Mississauga, ce projet pilote de deux ans aidera à ouvrir la voie pour faire passer l’innovation à l’adoption de produits tout en utilisant un nouveau modèle d’approvisionnement partagé.

« Grâce à l’investissement du gouvernement fédéral, le Réseau de santé CAN ouvre une nouvelle économie des soins de santé, qui permettra aux entreprises canadiennes prometteuses d’avoir accès à un marché national et de prendre de l’expansion partout au Canada et dans le monde, déclare le Dr Dante Morra, dirigeant du Réseau de santé CAN et médecin-chef, Partenaires de santé Trillium. Il s’agit d’une occasion pour l’industrie des soins de santé de créer plus d’emplois spécialisés axés sur la technologie au Canada, tout en ayant une incidence positive sur notre système de soins de santé. »

Cette formule est novatrice : les organismes de soins de santé cerneront les défis auxquels ils font face et qui pourraient être résolus par un produit ou une technologie. L’organisme s’associe ensuite à une entreprise canadienne qui offre une solution convaincante. Cette entreprise travaillera à l’interne avec l’organisme pour démontrer la valeur de son produit, et elle pourrait le personnaliser en fonction des commentaires des utilisateurs finaux. Une fois que le produit a fait ses preuves dans un contexte de soins de santé, l’ensemble du Réseau de santé CAN peut acheter la solution au moyen d’un nouveau processus d’approvisionnement simplifié. En retour, l’entreprise tire profit de l’accès à un marché dédié afin d’élargir ses marchés et d’en pénétrer de nouveaux à l’international.

« En tant que l’un des premiers partenaires du Réseau de santé du Canada, Bruyère est heureux de poursuivre ses efforts de collaboration avec l’industrie à l’échelle nationale, a déclaré Heidi Sveistrup, vice-présidente, Recherche, et PDG de l’Institut de recherche Bruyère. Cet investissement de FedDev Ontario permet aux fournisseurs de soins de santé et aux entreprises canadiennes novatrices de travailler ensemble de façons nouvelles et significatives qui amélioreront les résultats des soins de santé, la recherche et l’expérience des patients. »

Le Réseau mettra l’accent sur des solutions en matière de santé et sur les plans médical et opérational qui peuvent accroître l’efficacité et entraîner des économies de coûts dans le système de santé et, en fin de compte, améliorer l’expérience du patient. Les projets du Réseau peuvent aborder les défis liés aux logiciels auxquels font face les fournisseurs de soins de santé ou être de nouvelles technologies médicales utilisées directement auprès des patients.

« Le Réseau de santé CAN permettra à notre hôpital de mobiliser l’ingéniosité technologique locale pour offrir à nos patients et à leurs familles, ici même dans la région de Waterloo et à Guelph Wellington, et à l’échelle nationale, des soins de calibre mondial et l’excellence en matière d’expérience en tant que patients », déclare Tina Mah, vice-présidente, Recherche et innovation, Grand River Hospital.

Dans cette région, le Réseau comprend actuellement 10 des fournisseurs de soins de santé les plus réputés du Sud de l’Ontario. Ceux-ci travailleront directement avec les entreprises pour déterminer les technologies viables sur le plan commercial qui pourraient être adoptées par les fournisseurs de soins de santé dans l’ensemble du Réseau.

Outre le Sud de l’Ontario, le Réseau est actuellement mis en place par la Régie de la santé de la Saskatchewan (site en anglais) dans l’Ouest grâce à l’appui de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada qui lui a versé 3,5 millions de dollars. Puisque les premiers points du Réseau sont établis dans l’Ouest canadien, le Réseau de santé CAN vise à se développer partout au pays grâce à un réseau national et coordonné pour maximiser les retombées.

Dans le cadre de l’approche « Le Canada d’abord » pour l’adoption des technologies, le Réseau de santé CAN contribuera à aplanir les obstacles à l’adoption ainsi qu’à fournir un accès essentiel aux milieux de soins de santé pour la validation des produits. En fin de compte, cela permettra d’introduire de nouvelles innovations sur le marché, de créer des emplois hautement spécialisés et de faire croître les entreprises canadiennes ici, au pays, tout en les aidant à accroître leurs ventes à l’échelle nationale et internationale. 

Restez branchés

Twitter LinkedIn Facebook Instagram YouTube RSS
En tant que l’un des premiers partenaires du Réseau de santé du Canada, Bruyère est heureux de poursuivre ses efforts de collaboration avec l’industrie à l’échelle nationale.
Heidi Sveistrup, vice-présidente, Recherche, et PDG de l’Institut de recherche Bruyère
Date de modification :